Jean Rustin

Jean Rustin

« Le silence des corps »

amrp01-Quatre-pensionnaires-130x19-w

Oeuvres exposées du 13/11/2008 au 3/01/2009

Quatre pensionnaires, Acrylique sur toile, 130 x 195, 2003La porte mauve, Acrylique sur toile, 130 x 162, 2006Les bras croisés, Acrylique sur toile, 130 x 195, 2003En pleine lumière, Acrylique sur toile, 130 x 89, 2003Près du compteur, Acrylique sur toile, 89 x 130, 2000Dans le coin de la chambre, Acrylique sur toile, 130 x 89, 1993L'après midi, Acrylique sur toile, 130 x 89, 1999Le Baiser, Acrylique sur toile, 97 x 130, 1999Dans le couloir, Acrylique sur toile, 97 x 130, 2002L'attente, Acrylique sur toile, 46 x 61, 2004Dans l'ombre, Acrylique sur toile, 46 x 38, 2006Femme nue debout, Acrylique sur toile, 46 x 33Portrait main sur le front, Acrylique sur toile, 41 x 33, 1999Portrait n 6, Acrylique sur toile, 41 x 27, 2000Elsa, Acrylique sur toile, 35 x 27, 1992Elle s'endort, Acrylique sur toile, 27 x 35, 1993Portrait, Acrylique sur toile, 35 x 27, 2001Chemise blanche, Acrylique sur toile, 35 x 27, 2002sans titre, mine de plomb avec rehaut de couleur sur canson, 21 x 28,5, 1995sans titre, mine de plomb avec rehaut de couleur sur canson, 21 x 28,5, 1995sans titre, mine de plomb avec rehaut de couleur sur canson, 28,5 x 21, 1995sans titre, mine de plomb avec rehaut de couleur sur canson, 31 x 24, 1998sans titre, mine de plomb sur canson, 31 x 24, 2000sans titre, mine de plomb sur canson, 24 x 31, 2000sans titre, mine de plomb sur canson, 24 x 31, 2000sans titre, mine de plomb sur canson, 31 x 24, 2000sans titre, mine de plomb sur canson, 31 x 24, 2000sans titre, mine de plomb sur canson, 24 x 31, 2004

Dossier de presse

Accrochage de l’exposition

Notes biographiques
Né le 3 mars 1928 à Montigny-lés-Metz, en Moselle. Il est le cadet d’une famille de cinq enfants.
En 1939, sa famille se réfugie dans le Berry puis à Poitiers où il commence ses études secondaires, apprend le violon et entre à l’Ecole des Beaux-Arts.
En 1944, il regagne Metz, passe son bac et peint ses premières toiles.
Il vient à Paris en 1947 à l’âge de 19 ans et s’inscrit aux Beaux-Arts, dans líatelier d’Untsteller.
Il épouse, en 1949, Elsa, qui suit alors des études de médecine. De cette union naissent deux enfants : François en 1950 et Pierre en 1953.
Ses débuts furent sans doute influencés par le mouvement non-figuratif. Il passe ensuite à une peinture abstraite plus lyrique et très colorée. Une importante rétrospective d’une centaine de toiles au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris en 1971 marque profondément la carrière de l’artiste. Il sera en effet bouleversé par la vision de l’ensemble de ses œuvres qu’il jugera dès lors « trop belles ».
Cette date marque un tournant dans son travail. Il mène seul, dans son atelier à Bagnolet, un travail de recherche approfondi.
Il réussit ainsi une vraie rupture. Son œuvre peu à peu tend vers la figuration. Cette nouvelle direction révèle la certitude pour l’artiste d’inventer une peinture tout à fait personnelle.
Depuis les années quatre-vingt, son travail n’a plus été remis en cause par le peintre. Une autre rétrospective organisée par Evelyne Artaud eut lieu à Créteil en 1982. Elle fût très controversée et en partie censurée pour motif de pornographie.
Depuis son oeuvre fût exposée dans de très nombreux musées ou lieux publics en France et à l’étranger, comme notamment à la Halle Saint Pierre, Paris en 2001, à l’Hôtel de Ville de Paris – dans le cadre d’une importante exposition sur le thème de la commune – en 2004 ou encore au Musée Frissiras d’Athènes qui consacra la même année une importante rétrospective à l’artiste.